Retour aux actus

FO vous informe

5 mars 2020

La Presse en parle

BFM Business : (05/03/2020) La Banque postale « pas candidate au rachat du réseau HSBC dans le périmètre » actuel

Invité sur le plateau de Good Morning Business, le président de la Banque Postale, Rémy Weber, est revenu sur la vente de la banque de détail de HSBC France. « Nous savons ce par quoi nous sommes intéressés » explique-t-il. 

C’est probablement le favori à la reprise de la banque de détail d’HSBC France. Rémy Weber, président du directoire de La Banque Postale, est revenu, ce jeudi sur le plateau de Good Morning Business, sur cette vente très sensible du réseau français du groupe bancaire HSBC.

Si l’on sait déjà que la Banque Postale est en concurrence avec la Société Générale sur ce dossier, la première semble la mieux placée. Mais elle ne sera pas acheteuse à n’importe quel prix. Ou, du moins, pas à n’importe quelle offre.

« Je ne suis pas candidat au rachat du réseau HSBC dans le périmètre qui est en vente aujourd’hui » tranche Rémy Weber. « Ce qui intéresse mon groupe, c’est de se développer encore plus rapidement – nous le faisons déjà beaucoup – dans la dimension patrimoniale du particulier (…) et nous voulons aller plus vite sur le marché des entreprises. » Et c’est ce dernier point qui est crucial.

En clair, c’est le réseau des clients PME et des ETI qui intéresse particulièrement la Banque Postale. Or, ils ne font pas (encore) partie de l’offre en question. « Nous savons ce par quoi nous sommes intéressés et après la vie verra » glisse Rémy Weber. A voir, désormais, si HSBC est prête à renforcer son offre.

AGEFI Actifs:(05/03/2020) La Banque Postale cible la clientèle rentable de HSBC France

La Banque Postale veut poursuivre sa mission pour les clients fragiles tout en cherchant de la rentabilité ailleurs.

Auditionné ce 4 mars par la commission des Finances du Sénat, Rémy Weber, président du directoire de la Banque Postale a salué « un jour historique » pour le groupe qui est devenu officiellement actionnaire de 62,1% du capital de CNP Assurances dans la journée d’hier, constituant « un grand groupe de bancassurance public ».

Avec un important apport de fonds propres (passant de 11,7 à 18,9 milliards d’euros), le groupe a les moyens de réaliser des acquisitions, à commencer par le dossier HSBC France. La partie de banque de détail intéresse la Banque Postale. « Au titre de nos activités pour la clientèle bancaire fragile, nous démarrons chaque année avec un coût de 300 millions d’euros. Nous voulons rattraper ce déficit en allant chercher des segments de clientèles rentables. Il n’y a pas de paradoxe. Si on ne fait pas l’un, on ne peut pas faire l’autre, c’est à dire poursuivre notre mission d’accessibilité bancaire », explique le président aux sénateurs. La Banque Postale ne regardera que le périmètre d’HSBC qui l’intéresse et qui n’est pas celui présenté à la vente actuellement. La Banque Postale veut se diversifier sur le marché des personnes morales et la clientèle patrimoniale.

Plus largement, la Banque Postale cherche à développer ses activités en banque et assurance dommages en France et à l’étranger. « Il nous faut chercher partout de la rentabilité complémentaire à CNP Assurances à un moment de taux bas difficile pour une banque comme la nôtre encore peu diversifiée et très présente sur le marché des particuliers », souligne Rémy Weber. Il apprécie le succès de « My French Bank » fort de 150.000 clients gagnés en 6 à 7 mois avec 100 millions d’euros investis. La banque espère atteindre 1,2 million de client pour 2025. « La clientèle de la Banque Postale est vieillissante, il nous faut attirer les jeunes qui ne se rendent pas dans les points de contact de La Poste », explique Rémy Weber.

Mission d’accessibilité bancaire. Le président du directoire a rappelé que son groupe comptait 1,6 million de clients fragiles soit la moitié de cette clientèle en France. Le plafonnement des incidents bancaire (20 à 25 euros par mois) pour cette clientèle représente un coût net de 250 à 300 millions d’euros. A ce public fragile s’ajoutent les clients les plus démunis (demandeurs d’asiles, SDF, personnes sans revenus…), « une partie de la misère de notre pays », soit 1,5 million de clients. « La mission d’accessibilité bancaire est un des pivots de notre raison d’être. Nous serons bientôt une entreprise à mission », indique Rémy Weber.

Si des économies sont envisagées, la Banque Postale ne compte pas réduire son réseau de 17.000 agences. « Avec la Caisse des Dépôts, notre mission est de nous battre contre fracture territoriale », affirme Rémy Weber. La Banque Postale qui souffre d’un coefficient d’exploitation élevé (ratio charges sur revenus) profite de son rapprochement avec CNP Assurances pour le baisser de 20 points à 62-63%.

Enfin, le président du directoire se réjouit d’une très bonne année pour le financement des collectivités locales (28-29% de part de marché) avec plus 5 milliards d’euros de crédit octroyés dont la moitié est destinée aux communes de moins de 5.000 habitants qui font souvent face à des difficultés de financement. Le groupe est aussi le premier banquier de l’hôpital public avec plus de 500 millions d’euros accordés en 2019.

 

Une réponse à “FO vous informe”

  1. Azema dit :

    Quand je pense qu’il faut lutter pied à pied plusieurs jours durant avec certitude en plus pour pouvoir rajouter un bénéficiaire … difficile d’attirer la jeune clientèle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Besoin de plus d'informations ? Contactez-nous !

Nous sommes là pour vous accompagner. Vous pouvez nous joindre par téléphone, par e-mail ou encore via nos réseaux sociaux.