Mot de passe oublié
Retour aux actus

Feedback FO en réponse à Monsieur Noël QUINN Lettre du salarié inconnu

5 octobre 2020

L’autre matin dans mon Open Space HSBC quelque part en France

Noël m’écrit

Il me délivre une page et une vidéo

Le Grand Patron m’écrit, enfin…

J’arrête mes clics sur le clavier,

Je l’ai lu, et voici ce qu’il disait :

Hi everyone !

Pour avoir reçu des salariés formidables qui ont une attitude phénoménale

  • SUPPRESSION de 35 000 postes dans le monde

Pour avoir voulu satisfaire nos clients avec nos services et centres d’expertise

  • EXIT d’une partie de notre clientèle

Pour vouloir tirer parti de notre empreinte géographique et optimiser nos infrastructures

  • SUPPRESSION DE LA BANQUE DE DETAIL EN FRANCE

Pour avoir accepté des postes pour lesquels je n’avais pas toutes les qualifications : 

  • UN COURS DE L’ACTION REVENU A 25 ANS EN ARRIERE 

Pour avoir créé un pont entre le Conseil d’administration et l’équipe de Direction 

  • DES MILLIERS D’EMPLOYES A LA DERIVE

Pour avoir à communiquer devant un journaliste cool dans un salon chaleureux 

  • DES MILLIERS DE SALARIES EN CRAVATE, CV A LA MAIN, DANS LES BUREAUX DELABRES DE POLE EMPLOI 

Je suis confiant dans l’avenir de l’entreprise et vous pouvez m’apprécier

  • TOTAL = la disparition de notre banque, de son rôle économique, de nos valeurs, de nos emplois

Alors, J’ai regardé autour de moi

Mes collègues, les yeux fixés sur l’écran, leurs mains sur le clavier
Le masque autour du nez et aucune mouche qui ne volait
Concentrés, épuisés et voutés
Mon Dieu ! ce qu’ils ont changé !
Ils sont si accablés par tant de communiqués girouettes
Ils sont si découragés par tant de sacrifices acceptés
Ils sont si apeurés sur leur destiné
Ils sont en colère et écœurés !!!!
Et une foule de souvenirs sont revenus à ma mémoire
Il y a plus d’une vingtaine d’année, ils étaient si fiers de représenter le CCF
Ils étaient heureux de travailler !
Et ils osaient l’afficher !

Alors à mon tour j’écris à Monsieur Noël QUINN
Il dit être intéressé par notre feedback.
Il excusera mon ton, moins décontracté que le sien, et le décor de mon bureau moins cosy que celui sur sa vidéo

Monsieur Quinn,

Pour plus de 20 ans d’allégeance, de confiance et plus d’heures qu’il n’en faut pour le prouver

  • INGRATITUDE !

Pour tant d’heures en gratuité effectuées

  • OUBLI !

Pour le temps passé, stressé sur des e-learning forcés

  • MEPRIS !

Pour avoir accepté, contraints et forcés vos réorganisations perpétuelles

  • DOLLARS et MILLIERS D’EUROS GASPILLES et VAMPIRISES !

Pour l’engagement, l’implication des salariés

  • DEDAIN CLAIREMENT SIGNIFIE !

Pour la fidélité d’une clientèle d’une rare qualité

  • AUCUN RESPECT

Pour la confiance accordée en des promesses non respectées

  • IMPOSTURE ORGANISEE !

Pour les sacrifices de plus de 8 000 employés français

  • RIEN NADA NOTHING et des LICENCIEMENTS

Et quand on fait le tour, pour le total de notre implication

  • UN PILLAGE ORGANISE savamment fomenté !

Honte sur vous qui vous comportez comme des VAUTOURS depuis LONDRES !

« Messieurs les Anglais avez tiré les premiers » aurait dit le Comte d’ANTERROCHES à Lord Charles Hay

Voyez ce qu’il en coute à notre bon cœur de vous faire remporter des victoires.

La sueur de vos ennemis est toujours la sueur des Femmes et des Hommes

Qui ont œuvré pendant 20 années pour vous assurer gloire et profits financiers !

Ce second Trafalgar ne vous rendra pas votre liberté !

Le salarié inconnu

(pas encore enterré)

 

Une réponse à “Feedback FO en réponse à Monsieur Noël QUINN Lettre du salarié inconnu”

  1. AL dit :

    Bravo
    Je souscris à tout ce que vous dites
    C’est un désastre ce qui arrive et dans un silence assourdissant
    Quel fin terrible pour le CCF BANQUE exemplaire pendant des décennies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Besoin de plus d'informations ? Contactez-nous !

Nous sommes là pour vous accompagner. Vous pouvez nous joindre par téléphone, par e-mail ou encore via nos réseaux sociaux.