Mot de passe oublié
Retour aux actus

La Presse en Parle

16 décembre 2022

Le jeudi 15 Décembre 2022 (Extrait du Figaro)

Hémorragie de conseillers dans les agences bancaires

« C’est de­venu une agence fan­tôme, se dé­sole Jo­seph, client d’une agence bancaire So­ciété gé­né­rale à Paris. Alors qu’il y avait au moins deux conseillers ban­caires, de­puis un peu plus d’un an, il n’y en a plus un seul. Quatre bu­reaux sont vides. C’est le di­rec­teur de l’agence qui gère tout. Il est dé­bordé et ne ré­pond ja­mais aux mes­sages. » Le cas de Jo­seph n’est pas isolé. Comme lui, de plus en plus de clients de banques se plaignent de ne plus avoir de conseiller dédié. Il est vrai que de­puis la fin de la crise sa­ni­taire, les dé­mis­sions, qui étaient déjà la pre­mière cause de dé­part dans la banque en 2021 (7,6 % de tur­no­ver), sont de­ve­nues lé­gion. Tout comme les aban­dons de poste, qui per­met­taient jus­qu’à pré­sent au sa­la­rié de tou­cher des in­dem­ni­tés chô­mage. Mais la loi vient de chan­ger et ce ne sera plus pos­sible à l’ave­nir.

Quête de sens

Les rai­sons du dés­in­té­rêt gran­dis­sant pour le mé­tier de conseiller en agence sont mul­tiples. La pre­mière est cer­tai­ne­ment liée à la vi­gueur du mar­ché de l’em­ploi, qui per­met de chan­ger d’em­ployeur ou de sec­teur d’ac­ti­vité plus fa­ci­le­ment que par le passé. Les autres causes de dé­part sont da­van­tage en lien avec le mé­tier lui-même. « Le sec­teur ban­caire at­tire moins que par le passé, re­lève Fré­dé­ric Hat­sa­dou­rian. Les jeunes re­cherchent des sec­teurs cor­res­pon­dant da­van­tage à leurs as­pi­ra­tions. » Les mé­tiers en lien avec la res­pon­sa­bi­lité so­ciale et en­vi­ron­ne­men­tale, par exemple, font da­van­tage re­cette. « Il y a des dizaines et di­zaines de postes ou­verts en ce mo­ment avec très peu de can­di­dats, note Re­naud Gar­nier, di­rec­teur banque et ser­vices fi­nan­ciers au ca­bi­net Mi­chael Page. Les jeunes sont en quête de sens et l’ex­priment en en­tre­tien d’em­bauche. Ils ne veulent pas seule­ment vendre des pro­duits ban­caires, mais as­pirent à faire du conseil qua­li­ta­tif. »

Réflexions autour du télétravail

La ré­mu­né­ra­tion est aussi cri­ti­quée. Les jeunes (bac + 2 ou 3) dé­butent en moyenne à 30 000 ou 35 000 euros par an. Ce qui n’est pas si mal et toutes les banques viennent de s’en­ga­ger à des aug­men­ta­tions gé­né­ra­li­sées com­prises entre 2,5 % et 3,5 % par an. « Mais dans cer­tains ré­seaux, il peut être dif­fi­cile d’évo­luer », pointe Re­naud Gar­nier. Ré­sul­tat, dans ce contexte de pé­nu­rie, les conseillers en place sont ré­gu­liè­re­ment dé­bau­chés par des banques concur­rentes. Ce qui aug­mente en­core le tur­no­ver dans les agences. Et nuit à la qua­lité de la re­la­tion avec les clients, qui même s’ils s’y rendent peu sou­vent res­tent at­ta­chés à l’agence bancaire. « En deux ans, j’ai changé trois fois

de conseiller, s’em­porte Marie. J’es­time que c’est un vrai pro­blème pour la ges­tion de mes comptes. » Les banques, qui en 2021 em­ployaient 350 400 per­sonnes selon l’As­so­cia­tion fran­çaise des banques (AFB), cherchent des so­lu­tions pour re­mé­dier aux pro­blèmes de re­cru­te­ment. Leurs be­soins sont im­por­tants, même si de­puis plus de dix ans, le sec­teur perd des ef­fec­tifs (tous les dé­parts ne sont pas rem­pla­cés). Les ré­seaux misent de plus en plus sur l’al­ter­nance (16 400 per­sonnes en 2021)…..

Voir la suite sur Le Figaro


 

Une réponse à “La Presse en Parle”

  1. CQ dit :

    Client du CCF depuis 1990, j’ai toujours regretté le CCF, on m’a changé d’agence, de conseillé, depuis je fait tout par internet…Et quand j’ai un problème, j’envoie un mail, mais j’ai des craintes avec ce nouvel arrivant, un fond américain, je suis prêt à changer de banque, mais où aller j’ai vu beaucoup d’incapable dans différentes banques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

Besoin de plus d'informations ? Contactez-nous !

Nous sommes là pour vous accompagner. Vous pouvez nous joindre par téléphone, par e-mail ou encore via nos réseaux sociaux.